F.Bayrou : « Je vais tout faire pour être présent au 2e tour »

23/11/2011 19h02 – FRANCE2012-PARTIS-CENTRE-MODEM-PRÉSIDENTIELLE – Monde (FRS) – AFP

PARIS, 23 novembre 2011 (AFP) – François Bayrou, futur candidat à la présidentielle, a assuré qu’il ferait tout « pour être présent au 2e tour » mercredi au Salon des maires devant des élus locaux auxquels il a promis « un pacte de cinq ans » pour leur permettre de programmer leurs actions.
Le président du MoDem s’est exprimé porte de Versailles devant quelque 300 élus locaux, entouré des cadres de son parti et de certains nouveaux compagnons de route comme le député Daniel Garrigue, ex-porte-parole de Dominique de Villepin, ou Alain Lambert, l’ex-ministre du Budget de Jacques Chirac.
« Je vais tout faire pour être présent au 2e tour », a expliqué le 3e homme de la présidentielle de 2007 en réponse à une élue qui lui demandait qui il soutiendrait après le 1er tour en 2012.
« Je suis déterminé à l’emporter, pas à perdre », a-t-il insisté en se disant « libre de tout accord préalable ». En cas d’échec, le parti se déterminera « collégialement et publiquement », a-t-il précisé.
Evoquant la campagne de 2007, il s’est félicité d’avoir « fait le choix de l’indépendance », qui « est la clef du futur », et de n’avoir pas fait « de promesses inconsidérées »
Aux élus locaux, il a dit comprendre leur inquiétudes « de ne pas être suffisamment reconnu dans leurs fonctions et responsabilités, d’avoir l’impression d’être surchargé de tâches et d’avoir des moyens de plus en plus faibles pour les assumer ».
« Les évolutions doivent être considérées à partir des demandes des élus. Il faut éviter les passages en force », a-t-il dit en référence à la réforme territoriale.
« Tout se passe aujourd’hui comme si on voulait imposer l’idée que plus c’est gros et mieux c’est, plus on rassemble et plus en fait d’économies. Moi je crois que c’est exactement le contraire. Plus on éloigne les centres de décision et plus on a besoin de fonctionnaires pour faire le relais et plus cela coûte cher, a-t-il expliqué en plaidant pour « la recherche d’un équilibre »
« Oui, il faudra faire des économies. Mais ces économies ne devront pas concerner les élus locaux qui vivent dans la précarité », a-t-il promis en s’engageant à leur donner « de la visibilité » pour mieux gérer.
« Respecter les élus de terrain, c’est mettre en place un pacte à long terme pour leur permettre de programmer leurs actions », a-t-il expliqué.
Le président du MoDem s’est dit par ailleurs favorable à une modification du droit du travail « pour trouver un nouveau contrat à la fois respectueux des salariés et plus souple » mais opposé à une augmentation de la durée du travail à 37 heures par semaine, payé 35. « Je pense que le pays n’acceptera pas qu’il n’y ait que les salariés qui assument la crise du pays ».
Il a enfin expliqué ne pas être favorable « à une nouvelle vague de décentralisation » qui, selon lui, « ajouterait à la confusion ».
pr/kp/sd

© 1994-2011 Agence France-Presse

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Action Nationale, Points de vue. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire