Bayrou appelle les médias à ne plus « enfermer » les français dans un duel Sarkozy/Hollande


PARIS, 19 février 2012 (AFP) – Le candidat centriste François Bayrou a dénoncé de nouveau dimanche la « sarkhollandisation » du débat politique et appelé à refuser « ce choix obligatoire » dans lequel « la totalité des médias français met en scène un deuxième tour ».

« Je suis présent dans cette élection pour être présent au deuxième tour, et gagner ce deuxième tour c’est le seul moyen d’imposer en France un paysage politique, des visages et une pratique politique nouvelle », a déclaré M. Bayrou sur France3.
Agacé par la « sarkhollandisation de cette élection », il a rappelé sa « stratégie » qui n’est « pas du tout l’effondrement des uns ou des autres ».
Sa stratégie, a-t-il insisté, « c’est le refus par une majorité de français de ce choix obligatoire dans lequel on veut les enfermer et dans lequel la totalité des médias français met en scène un deuxième tour, qui serait décidé à l’avance sans que le premier tour ait lieu ».
« La +sarkhollandisation+ vous arrange parce que vous ne parlez que de ça, refusons le duel obligatoire, il y a plus de 50% des Français (qui ne voteraient pas pour les deux favoris, ndlr), vous devriez vous occuper de ces 50% là! », a-t-il dit aux journalistes qui l’interrogeaient.
« Parce que l’idée selon laquelle ça serait comme dans un troupeau, on prendrait les animaux rétifs pour les amener à un choix prédéterminé à l’avance, qu’on a matin, midi, soir et la nuit, dans les journaux et à toutes les heures Nicolas Sarkozy et François Hollande, ceci n’est pas la France », a-t-il ajouté.
« La France ne veut pas être enfermée dans ce duel que vous présentez comme inéluctable, c’est exactement le contraire » a-t-il encore dénoncé.
phi/rh/bg

© 1994-2012 Agence France-Presse

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Points de vue. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire