Or bleu…bientôt un monde saigné à blanc ?

http://francisjulienpont.over-blog.com/article-or-bleu-bientot-un-monde-saigne-a-blanc-113859626.html

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Points de vue | Laisser un commentaire

François Bayrou: « Ma proposition pour un rassemblement du centre »

François BayrouFrançois Bayrou a adressé, jeudi 4 octobre, un courrier aux adhérents et sympathisants du Mouvement Démocrate, dans lequel il propose un rassemblement du centre et en détaille la méthode.

« Chers amis,

La question du centre dans la vie politique française agite les états-majors et parfois les médias. Je veux vous faire part, clairement et directement, de mon sentiment.

D’abord, il faut avoir les idées claires : nous sommes le courant démocrate français. Et nous assumons d’être au centre.

Qu’est ce que le centre ? Le centre, c’est une résistance, c’est une certaine idée de la politique, et c’est un projet.

C’est une résistance d’abord au bipartisme, à l’idée que, quelles que soient les positions de fond des uns et des autres, on est systématiquement, parce qu’on appartient à un camp, pour les uns et contre les autres. Cette bipolarisation de tous les instants, parce qu’elle caricature le débat politique et empêche de se poser les bonnes questions, joue contre l’intérêt même de notre pays. Et ces dernières années, il n’est qu’un mouvement qui ait réellement résisté à cette dérive, c’est le nôtre.

Le centre, c’est une certaine idée de la politique fondée sur des valeurs : pour qu’un pays avance, il faut premièrement lui dire la vérité ; et il faut ensuite, particulièrement en période de crise, que les forces politiques différentes acceptent, d’une manière ou d’une autre, de coopérer, et de prendre leur part de responsabilité dans le destin du pays. C’est donc une certaine idée de l’unité nationale.

Le centre, enfin, c’est un projet : la société doit se construire comme une unité, ce qui interdit les affrontements de race, de religion, de classe sociale. Pour nous, les nations doivent s’unir au sein de l’ensemble européen, les générations être solidaires, par exemple pour l’environnement, et les peuples se gouverner par la conscience et la responsabilité des citoyens.

Une résistance, une certaine idée de la politique, un projet. C’est la ligne du Mouvement Démocrate. Et pour ma part, je suis décidé à ne jamais y manquer. Car je sais que dans la crise sans précédent que rencontre notre pays, il aura le plus grand besoin d’une démarche politique de cette nature. La France a besoin de centre pour traverser la crise.

Nous sommes solides dans notre identité et dans nos idées. Et en même temps, nous sommes ouverts à d’autres.

Un regroupement du centre droit se forme. Nous pouvons parfaitement travailler avec lui car nombre de ceux qui le composent ont eu des liens avec nous, même s’ils ont choisi un autre chemin. Nous sommes donc ouverts à un partenariat entre le Modem et l’UDI.

De la même manière, nous serons ouverts à une coopération avec tous ceux qui, venant du centre gauche, ou de l’écologie réaliste, choisiront eux aussi la voie de l’indépendance.

Le centre ne pèsera dans la vie politique française que s’il accepte une démarche d’unité entre tous ceux qui croient dans son avenir.

La condition de l’unité, que nous acceptons par avance, et que nous demandons pour nous-mêmes, c’est que chacun soit respecté dans son parcours, dans sa liberté de jugement, et que toutes les sensibilités y trouvent leur place.

Si ce partenariat se met en place, alors nous devrons réfléchir ensemble à son mode de fonctionnement et à son organisation, y compris même la perspective de double appartenance, sous réserve de réciprocité. D’ores et déjà, je trouverais intéressant que ces formations préparent ensemble les prochaines élections locales, et européennes.

Telle est la démarche que je vous propose, dont nous débattrons, et que, je l’espère, nous partagerons et nous préciserons. Une démarche par étapes : dialogue, partenariat, unité.

L’unité du centre est une nécessité pour l’avenir. Nous sommes prêts à y participer. Et nous proposons la méthode, de respect réciproque et de rassemblement par étapes, pour y parvenir.

Chaleureusement à vous. »

François Bayrou

Réagir  Envoyer à un ami

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Points de vue | Laisser un commentaire

Extrait de la déclaration de Rosalie KERDO aux membres de l’exécutif national du MODEM*

(Après nos mésaventures électorales et notre succession d’échecs), Je me permets de vous affirmer :

  1. Que si la bipolarisation est une incongruité pour nous alors, le centre peut en être aussi …il est aujourd’hui nécessaire de redonner tout son sens au « mouvement démocrate » tel qu’on l’a voulu, tel que François l’a pensé c’est-à-dire un mouvement d’intérêt collectif qui ne retient que ce qui rassemble et non ce qui différencie.

  1. Il n’y aurait aucun sens ni aucun avantage pour le MODEM aujourd’hui, à rejoindre la majorité présidentielle; Ne serait-ce pas là une manière de renoncer à tous les combats ardus que nous avons jusqu’ici menés avec courage et détermination ?

  1. Oui, nous devons repenser notre mouvement politique (Comment appréhender les territoires, comment faire émerger de nouvelles personnalités au sein de notre corpus, comment recréer un lien de confiance entre les instances- organes, nationaux et les départements etc…)

Nous avons échoué en termes de stratégie …Nous avons à tort pensé qu’il nous suffisait de tourner le dos au socle de base du Modem, faire appel à des personnalités post Centre/UMP ou d’autres au sein même de notre mouvement, à la popularité déclinante ou quasi inexistante, pour conquérir le peuple.

Pourtant tant d’autres bien plus intéressantes, auraient pu être mises en avant pour défendre avec un peu plus de vigueur, de conviction et de résultats, tous ces sujets de campagne lancés par François et lâchement coopés par les autres !

Nos jeunes n’ont pas non plus bénéficié de toute la place qui aurait pu leur être faite en dehors des fonctions strictement organisationnelles. Enfin, nous avons fait une campagne peut-être un peu trop parisienne laissant François courir les territoires souvent de façon éclair et bousculée…

  1. Plus que tout, François est dynamique, réaliste et apprécié; Nous devons prendre nos responsabilités et ne plus le laisser subir les coups lorsque les choses marchent moins bien. Il doit être préservé pas flatté. Pour y parvenir, je reste persuadée qu’il doit être au dessus du parti… Dire cela ne sous entend nullement, demander sa tête sauf pour les esprits tordus.

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Action | Laisser un commentaire

Votez Bayrou !

Cher(e)s Ami(e)s,

 
Une fois de plus, la clairvoyance, le réalisme et l’esprit de responsabilité de François BAYROU se trouvent confirmés en cette fin de campagne de premier tour de la Présidentielle…
 
Le FMI et tous les grands Organismes de prévision en matière de croissance annoncent pour la France une évolution en berne avec à peine 1% pour l’année prochaine…mettant en pièces toutes les belles promesses électoralistes basées sur 1,7% et même plus…de F. Hollande et de N. Sarkozy, tandis que F. Bayrou, mieux informé, plus prévoyant et plus réaliste, n’a cessé de mettre en garde le pays en basant son propre programme sur 1% maximum de croissance…chiffre dont tout le monde reconnait aujourd’hui la réalité.
 
Certes, dire la vérité à un pays et parler d’effort séduit difficilement une majorité de citoyens, surtout quand les deux grands bonimenteurs de l’UMP et du PS proposent au quotidien des cadeaux qu’ils ne feront pas, à grands renforts de médias et de budgets exorbitants de communication…mais la  » gueule de bois  » du 6 mai prochain, dont parle Jacques Attali avec justesse, sera hélas inévitable !..
 
Il ne tient donc qu’à nous tous de changer cette fatalité en faisant en sorte que le menu sempiternel annoncé, droite / gauche, soit enfin mis de côté pour être remplacé par un réel espoir, celui d’une politique enfin plus visionnaire, plus juste, plus honnête et plus apaisée pour notre pays…une ligne de conduite enfin pensée, tracée sur la durée, apte à nous permettre de sortir des  » Abus de Pouvoir  » et de  » l’Etat d’Urgence « qui résument le dernier quinquennat, pour accéder enfin à cette  » France Solidaire  » que nous propose François BAYROU.
 
Comme vous le savez, la cote de popularité de François BAYROU recueille aujourd’hui auprès des Français 70% d’opinions favorables, très loin devant tous les autres leaders politiques et, d’autre part, près d’un tiers des électeurs n’a pas encore arrêté son choix de vote définitif pour le 22 avril prochain.
 
Enfin, si, comme tous les sondages actuels semblent le démontrer, F. Hollande battra N. Sarkozy en cas de duel entre ces deux candidats, ceci impliquerait que la totalité des pouvoirs politiques de notre pays, du sommet au bas de l’échelle, seraient alors concentrés entre les mains du PS, tandis qu’en cas de duel Bayrou / Hollande ou Bayrou / Sarkozy au second tour…François Bayrou aurait dans les deux cas toutes les chances d’être élu et de mettre fin ainsi à cette hégémonie stérile d’un bipartisme qui a conduit le pays dans l’état où il est aujourd’hui…
 
Ceci est donc une raison essentielle et supplémentaire de convaincre tous vos amis et tous vos proches de voter et de faire voter pour François BAYROU ce dimanche 22 avril…
 
Merci à toutes celles et à tous ceux, militants, sympathisants, volontaires, élus, qui donnent leur temps et plus encore, et jusqu’au bout, pour cette campagne…dans la rue jour et nuit et sur les marchés au contact des électeurs, dans les réunions publiques, internes ou de voisinage, dans les déplacements, avec la presse, au téléphone ou sur le net et les blogs…
 
Très cordialement,
 
Francis PONT
Responsable de l’Animation et de l’Organisation
Campagne de François BAYROU

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Points de vue | Laisser un commentaire

DERNIERE INTERVIEW DE FRANCOIS BAYROU AVANT LE 1er TOUR

Par Pierre ROCHICCIOLI et Frédéric DUMOULIN
François Bayrou, candidat du MoDem à la présidentielle, affirme dans un entretien à l’AFP à J-3 du premier tour qu’il peut y avoir « une surprise ». S’il refuse de se projeter au-delà de dimanche, il veut un centre « force de recours » après le 6 mai et entend rester « engagé ».

 

Question: Quel regard portez-vous sur cette campagne ?

 

Réponse: « Elle a été frustrante pour beaucoup de Français, ce qui explique le nombre d’indécis et l’abstention. Elle n’a pas traité des questions vitales. En raison d’une entente implicite entre Hollande et Sarkozy. Sarkozy, parce qu’il ne voulait pas qu’on regarde son bilan et Hollande, parce qu’il avait choisi une ligne de promesses et de dépenses dont nous n’avons pas le premier centime.
Pour le PS, le sujet, c’est « virer » Sarkozy. Or je prétends que la situation est telle que ce n’est plus Sarkozy la question essentielle. La question, c’est +est-ce qu’on va s’en sortir ou pas+ ? Pour moi, j’ai un engagement avec les Français depuis des années: je leur dis la vérité de ce que je suis et de ce que je vois. Et je leur parle des choix essentiels, de la survie du modèle français.

 

Q: Vous croyez à une grosse surprise au premier tour ?

 

R: Une présidentielle, cela se joue très souvent dans les dernières heures. Avec 40% d’indécis, il peut y avoir une surprise. Pourquoi sont-ils indécis ? Parce qu’ils trouvent que la campagne n’a pas été vraie, ne leur a pas parlé. Ils ne sont pas vraiment convaincus par les deux favoris, ils n’ont pas envie des extrêmes, autrement ils ne seraient plus indécis. Que leur reste-t-il comme vote de changement ? Je leur offre ce choix. Il existe un ferment de prise de conscience dans les dernières heures. C’est un peuple de citoyens.

 

Q: En 2011, vous aviez dit que vous vous prononceriez entre les deux tours et que vous feriez un choix clair. Vous regrettez cette phrase ?

 

R: Je ne regrette jamais rien. Nous avons gagné cette liberté, qui consiste à dire que nous nous prononcerons si le deuxième tour était ce qu’on nous annonce -et je ne l’avalise pas !- et je n’aurai qu’un critère: l’intérêt de mon pays. Que je jugerai avec les attitudes, les choix, les déclarations… Avec notre équipe, nous aurons une réflexion collégiale. Tous les choix sont possibles, je suis libre.

 

Q: Vous avez dit vous sentir plus proche « humainement » de François Hollande que de Nicolas Sarkozy ?

 

R: J’ai eu toujours avec François Hollande des relations intéressantes, profondes et je croyais à l’époque qu’elles montraient que nous étions sur la même ligne. Je me suis aperçu au moment de son basculement dans les primaires, avec les promesses qui ont commencé à s’entasser, que ce n’était pas sa vraie ligne, qu’en tout cas, il avait changé de ligne sur ce point.
Nicolas Sarkozy, je n’ai pas d’antipathie à son endroit. Je l’ai combattu durement sur des dérives et des dérapages qui sont avérés aux yeux de tout le monde et qui expliquent probablement la situation dans laquelle il est aujourd’hui. En cinq ans, heureusement qu’il a un peu changé. Disons qu’il a un peu vieilli. Est-ce que les hommes changent profondément ? Je suis plus sceptique sur ce point.

 

Q: Est-ce que vous demanderez à les rencontrer l’un et l’autre s’ils sont qualifiés ?

 

R: Je ne demanderai pas à les rencontrer mais s’ils souhaitent me rencontrer, je les verrai.

 

Q: Jean-Luc Benhamias évoquait un possible éclatement du MoDem, tout en disant que ce ne serait l’intérêt de personne…

 

R: Il n’y aura pas d’éclatement, il y aura regroupement et reconstitution, au-delà du MoDem, dans un grand ensemble qui aura la volonté et la capacité d’être la force centrale qui manque à notre pays. La guerre des deux camps et la pression des extrêmes dans chaque camp rend très périlleux l’exercice politique pour l’avenir du pays. Donc il faut une force centrale et je ferai tout ce que je peux, où que je sois, à l’Elysée -ce sera plus facile-, dans d’autres fonctions, pour la créer et la faire naître, pour lui donner corps et volonté. Et personne n’en sera exclu.

 

Q: Ce n’est pas un voeu pieu, vu les forces qui s’opposent dans ce marigot central ?

 

R: Disons que maintenant les circonstances vont être favorables.

 

Q: Hervé Morin vous appelle à voter Sarkozy, pour justement recomposer le centre…

 

R: Je sais ce que Hervé Morin pense et ce n’est peut-être pas tout à fait la même chose. Je crois que, au fond, la raison a beaucoup progressé dans l’esprit de chacun, après le temps de la passion, des déchirements, des rancoeurs. Moi aussi, j’en ai eu ma part. Mais tout cela est fini, nous avons besoin de reconstruire quelque chose.

 

Q: Votre force centrale, est-ce qu’elle peut déjà exister pour les législatives?

 

R: Je le souhaite.

 

Q: Vous pensez qu’en cas de défaite de Nicolas Sarkozy, l’UMP éclatera totalement ?

 

R: Je pense en effet qu’on va se trouver devant un paysage politique nouveau, dans lequel il va y avoir forcément à l’UMP une guerre de succession, dont on voit bien qu’elle n’est pas favorable à ceux qui croyaient que le centre pouvait s’affirmer au sein de l’UMP

 

Q: On a l’impression qu’en cas de victoire de François Hollande, vous vous dites que, s’il y a un attelage vraiment à gauche, ça ne tiendra pas longtemps?

 

R: Mes convictions sont incompatible avec l’extrême gauche et Mélenchon. Selon moi, d’ailleurs, c’est la situation de la France qui est incompatible avec l’extrême gauche. La France aura besoin d’une force de recours. Je sais une chose: c’est dans le programme de Hollande et dans ses alliances que se situent les principales difficultés. Avec certitude, je dis que si un tel programme devait s’appliquer en France, alors il y aura des rendez-vous douloureux. Avec le programme de Sarkozy aussi d’ailleurs. Vous avez vu que même l’Institut Montaigne dit qu’il y a 20% de son programme qui n’est pas financé.

 

Q: Sur le Smic, François Hollande a parlé d’un coup de pouce en juillet

 

R: Coup de pouce, ça veut dire quoi ? 1%, moins de 1% ? Est-ce que vous croyez que ça va changer quelque chose à la situation des smicards ? Rien. Je pense que c’est une manière de faire un signe pour ne pas se faire trop dépasser par Mélenchon.

 

Q: A trois jours du premier tour, si vous aviez un ultime message à adresser aux Français pour les convaincre de voter pour vous ?

 

R: M’adressant aux indécis, je leur dis: posez-vous quatre questions. Qui a vu juste par le passé ? Qui a eu le courage de tenir bon, sachant que dans les années qui viennent le courage sera déterminant ? Qui vous dit la vérité ? Et qui dit emploi, éducation ? C’est probablement un portrait-robot mais ces traits de caractère et ces choix seront déterminants dans la situation où se trouve notre pays.

 

Q: Si par hasard, vous n’êtes pas élu le 6 mai, vous vous voyez comment ?

 

R: Je me vois engagé. Je l’ai toujours été et je le serai parce que selon moi, l’engagement ce n’est pas une carrière. Quels que soient mon rôle, mes activités, je ne changerai pas, je serai engagé. Il est plus important pour moi d’être un homme d’Etat au service de son pays que d’être élu au prix de la démagogie.
Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Points de vue | Laisser un commentaire

Réunion Public Tain L’Hermitage

Cher(e)s Ami(e)s,

Nous avons le plaisir de vous convier à une réunion publique de soutien à la candidature de

 François BAYROU

qui aura lieu le vendredi 13 avril à Tain l’Hermitage, à partir de 20h, au Restaurant  » Le quai  »
17 rue Joseph Peala.

Vous trouverez ci-joint l’invitation à cette soirée, à laquelle nous espérons que vous participerez très nombreux.

N’hésitez pas à relayer cette invitation à toutes celles et tous ceux qui vous sont proches et qui partagent nos valeurs.

Merci de nous confirmer, si possible, votre participation.

Très cordialement.

Francis PONT
Délégué national à l’Animation et à l’Organisation de la campagne de François Bayrou

————————————————————————————————————————————————————————
————————————————————————————————————————————————————————

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Points de vue | Laisser un commentaire

La voix d’un militant

Il est absolument honteux que la chaîne BFM TV n’ait retenu et visionné ce soir que le témoignage d’un participant indécis lors du meeting de Besançon et pas celui d’un militant enthousiaste !
Alors qu’il n’est retenu que des images positives lors des rendez-vous des deux autres grands partis.
FB a eu bien raison de contester vivement cet inerview négatif retenu par cette Farida. Il ne doit plus se laisser faire et être beaucoup plus virulent pendant les trois prochaines semaines.
Il est donc désormais manifeste que la position de FB gêne particulièrement les médias, les instituts de sondages et ses opposants en activités marchandes avec ces derniers (déjà signalé par FB, remarque bien sûr pas reprise par les médias).
Tout est engagé pour que la portée du discours vrai et honnête de FB soit ralentie et étouffée au maximum.
FB a traversé et présenté la phase pédagogique de la situation actuelle de la France.
Il est l’homme politique le plus apprécié des Français avec 70% de capital sumpathie, du jamais vu !
Nombreux sont ceux qui reconnaissent qu’il est le plus intègre, le plus poli ou le plus courtois.
Cependant, au plus tard dans une semaine, François Bayrou doit entrer dans la dernière ligne droite en entrant dans  »l’arène avec les lions ». Il doit montrer aux Français qu’il est plus qu’un homme courageux et qu’il est aussi un homme qui parle fort avec une grande conviction et avec au moins autant de force que ses principaux concurrents; à la grande différence que lui délivre la vérité.
Force est de reconnaître que beaucoup de Français veulent sortir du marasme ambiant le temps de la campagne présidentielle et faire étrangement confiance aveuglément aux candidats qui leur promettent du rêve.
Et à n’en pas douter, c’est à ceux qui crient le plus fort qu’un grand nombre d’entre eux vont confier leur suffrage.
Il n’y a plus de place pour les candidats trop modérés sur notre échiquier politique.
FB doit donc élever la voix et critiquer les malversations des uns et des autres.
FB doit également absolument dénoncer la mégalomanie de Mélenchon ( »qui chasse sur les terres » du Modem avec un certain succès je peux le certifier) et faire remarquer aux Français qu’il a réussi jusqu’à présent à leur faire oublier qu’il s’était allié à des communistes d’un autre âge -qui ne représentait plus qu’à peine 2% il y a 5 ans- dont il profite de ses structures pour sa campagne en se faisant passer pour le sauveur.
Tout cela alors qu’il ne gouvernera jamais et qu’il veut la chute de Hollande, car bon nombre de ses militants souhaitent voter blanc au second tour (vérifié ce jour également).
Il n’a jamais fait référence non plus à ses émoluments qui s’élèvent à près de 20.000 euros mensuels (j’ai appris ce chiffre à un membre du FDG local, issu du PC ce matin, il en fut tout ébahi !) alors que les ouvriers qu’il est censé défendre touchent souvent à peine le smic.
L’Europe ou l’écologie n’intéressent plus actuellement la majorité des Français, seulement l’emploi, la production industrielle en France, les retraites des personnes âgées qui doivent augmenter, la petite agriculture et la viticulture qu’il faut soutenir et préserver, tous des sujets que maîtrisent parfaitemen FB.
François Bayrou possède tous les atouts pour convaincre les indécis et les absentionnistes que sa politique est la seule qui sauvera notre pays. Il doit le dire haut et fort, afin que son image soit celle d’un homme solide en qui les Français peuvent avoir confiance pour défendre leurs intérêts.
Bon courage et bonne chance à François Bayrou, sa proche équipe et à tous les comités de soutien du Modem de France et de Navarre,
Philippe (Romans)
Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Points de vue | Laisser un commentaire

Le candidat Bayrou met en scène les six premiers mois de sa présidence

Par Pierre ROCHICCIOLI
François Bayrou a mis en scène dimanche au Zénith de Paris les six premiers mois de sa présidence pour crédibiliser sa candidature et réaffirmer sa détermination à gagner, alors que les derniers sondages le placent au coude à coude, voire derrière Jean-Luc Mélenchon.
Devant plusieurs milliers de personnes enthousiastes scandant « Bayrou président » ou « on va gagner », le leader du MoDem s’est présenté comme le candidat de « l’espoir » face à ses concurrents de l’UMP et du PS.
« C’est eux qui nous ont conduits là où nous sommes, ils ont endormi le peuple français en refusant de regarder en face la réalité de notre situation, ils nous ont conduits sur le chemin du déclin toujours plus rapide, faute de prévoir avant de gouverner, faute de définir d’un trait sûr la route à suivre », a-t-il lancé.
« La réussite du changement est impossible avec Nicolas Sarkozy » dont le quinquennat a été marqué « par l’injustice et l’esprit de clan ». Elle n’est pas non plus possible avec François Hollande et le « programme abracadabrant » de son parti et « la surenchère déboussolée de ses partenaires », a-t-il expliqué.
« C’est le choix de la lucidité, du combat, du courage que je propose à notre pays », a-t-il expliqué avant de mettre en scène les six premiers mois de son futur mandat.
« Elu président de la République le 6 mai, j’organiserai le 10 juin, jour du premier tour de l’élection législative et en même temps que celle-ci, un référendum de moralisation de la vie publique en France », a dit le leader centriste.
« Avant le 14 juillet, le gouvernement préparera une loi de finances rectificative qui portera en particulier sur des économies dans le fonctionnement de l’Etat, la création d’un point de TVA et l’abaissement des niches fiscales », a-t-il ajouté.
Dans un même temps, il créera « la possibilité d’un emploi sans charges pour toutes les entreprises de moins de 50 salariés » et mettra en place « un commissariat aux stratégies de production », a-t-il poursuivi en précisant que le Parlement siègerait pour cela exceptionnellement pendant tout l’été.
Pendant cette session, « le Parlement préparera une loi-cadre sur +le Produire en France+ et se prononcera sur un texte portant sur diverses mesures d’urgence » en matière de logement et de santé, a précisé le leader centriste.
« Pendant l’été, je lancerai un « Grenelle de l’Education » et « à l’automne, un grand projet de loi social sera débattu au ¨Parlement qui permettra notamment la participation des salariés aux conseils d’administration, limitera le recours aux CDD avec la création d’un contrat de travail unique ».
François Bayrou proposera en outre aux partenaires sociaux « des propositions » pour augmenter le pouvoir d’achat des salariés » et une loi sur l’indépendance des médias.
Dans le domaine associatif, il proposera « un cadre juridique à l’emploi bénévole » et fera voter, avant fin 2012, « une loi sur l’égalité hommes-femmes qui traitera de la parité en politique, de l’égalité salariale et des violences conjugales ».
François Bayrou est également revenu sur le drame de Toulouse et Montauban, qui lui avait valu des critiques à droite sur sa mise en cause de « ceux qui font flamber les passions ».
« La République a des questions à se poser », a renchéri le leader centriste en s’étonnant qu’un « assassin désaxé, repéré par tous les services, identifié et sur la liste noire des services de renseignement américains, puisse se constituer un arsenal d’armes de guerre, s’entraîner, commettre ces meurtres (…) sans que nul ne soit en alerte »
Il a également annoncé que s’il était élu il ferait de « la lutte contre le trafic d’armes une priorité » nationale.
Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Points de vue | Laisser un commentaire

Les événements de la campagne

Les rendez-vous à ne pas manquer

Dans les médias

Robert Rochefort invité de Public Sénat

le 21/03/12 à 22h30

François Bayrou invité de RMC et BFM TV

le 22/03/12 à 08h35

François Bayrou invité des 4 vérités sur France 2

le 23/03/12 à 07h40

François Bayrou sera l’invité de BFM-TV 2012

le 24/03/12 à 19h10

A votre rencontre

François Bayrou en déplacement à Beauvais sur le thème de la Justice.

le 22/03/12

François Bayrou en déplacement
Sarthe et Mayenne
le 23/03/12 à 11h00

Rassemblement au Zénith de Paris

le 25/03/12 à 14h30

Participer

Meeting de François Bayrou à Besançon

le 27/03/12 à 18h30

Participer

Meeting de François Bayrou à Perpignan

le 29/03/12 à 18h30

Participer

Meeting de François Bayrou à Dijon

le 02/04/12 à 18h30

Participer

Meeting de François Bayrou à Rouen

le 04/04/12 à 18h30

Participer

Meeting de François Bayrou à Poitiers

le 05/04/12 à 18h30

Participer

Meeting de François Bayrou à Caen

le 06/04/12 à 18h30

Participer

François Bayrou à la Réunion

le 08/04/12

Meeting de François Bayrou à Rennes

le 10/04/12 à 18h30

Participer

Carte des rencontres de François Bayrou

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Points de vue | Laisser un commentaire

François Bayrou passe la journée à l’hôpital

Table ronde avec les infirmières puis visite de la maternité pour le candidat, hier à Valence. Photo DL / Fabrice ANTERION

Le candidat du MoDem François Bayrou était mardi à Valence pour un déplacement sur le thème de la santé.

Récit d’une journée à l’hôpital ponctué de nombreux commentaires sur son discours de la veille à Grenoble.

11 heures : une minute de silence

À peine descendu de voiture, François Bayrou propose “une minute de silence” après la tragédie de Toulouse. Le candidat coupe son téléphone portable et se fige sous les fenêtres de l’Institut régional de formation sanitaire et sociale.

11 h 01 : un sujet de campagne

Face à la presse, François Bayrou affronte les vagues provoquées par son discours de la veille à Grenoble. Il revient sur la montée de l’intolérance qui “n’est pas un thème de campagne, mais un sujet de campagne”. “Il ne s’agit pas de faire une parenthèse de trois jours et de recommencer ensuite comme avant”, se justifie-t-il.

12 h 15 : bon appétit

Fin de la table ronde avec les élèves infirmières. Virginie, étudiante en 2 e année, lui envoie un souriant “bon appétit”. Elle est emballée par sa rencontre avec le candidat : “Il nous a écoutées”.

12 h 16 : les yeux de Chine

Un professionnel de l’industrie pharmaceutique coupe François Bayrou dans son élan. Il sort de sa poche une boîte de médicaments qui fait un tabac en Chine : 3 millions de boîtes vendues par an à 3 euros pièce…“il nous reste un euro, c’est pas mal”. Fabriqué à base d’extraits de myrtilles, le remède soigne les yeux des Chinois. Et c’est “100 % made in France”. “Bravo”, lance le candidat pendu au téléphone.

12 h 30 : une caillette chaude

Déjeuner au self-service du personnel de l’hôpital. Plateau à la main, François Bayrou fait la queue comme tout le monde et opte pour une caillette chaude et des courgettes. Il avalera la caillette froide à cause des coups de fil.

12 h 40 : l’urgence, c’est les salaires

Jean Luc Bennahmias, son lieutenant, ouvre la table ronde avec les syndicats. François Bayrou s’est isolé pour téléphoner. Un aide-soignant prévient : “L’urgence, c’est les salaires des catégories C”. François Bayrou reconnaît : “Je ne savais pas, c’est inacceptable.”

14 h 15 : bonjour à Hugo

Accueil “républicain” du maire PS de la ville, “vous avez un bel établissement”, direction les urgences.

Avec un compliment à la responsable dans les murs depuis 20 ans : “Donc vous êtes arrivée ici bébé.” Cap sur l’Unité Mère-Enfant.

Coucou à Hugo qui votera dans 18 ans. Dans la chambre d’à-côté, Liyak attend son tour…

14 h 30 : bruits de couloirs

Conférence de presse impromptue dans le couloir. Toujours le bruit de fond du discours de la veille. Un brancard interrompt l’entretien, priorité aux patients.

14 h 45 : soigner mieux

Nouvelle conférence de presse, dehors. Encore la saillie de Juppé. Et un mot quand même du programme-santé du candidat : “Il faut soigner mieux sans dépenser plus”. En cause, la dette et les déficits. Thème ou sujet de campagne ?

A lire aussi

      François Bayrou au centre hospitalier de Valence

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Action Locale | Laisser un commentaire