Atelier PACTE avec Mireille Clapot députée LREM de Valence

Mireille ClapotMireille Clapot est députée de la circonscription de Valence, vice présidente de la commission des affaires étrangères et membre de la commission supérieure du numérique et des postes.
Mireille a organisé un échange avec les acteurs économique de sa circonscription sur le PACTE (Plan d’Action pour la croissance et la Transformation des Entreprises) lancé par le gouvernement le 23 octobre.
J’ai été invité à cette rencontre à la quelle ont participé la CPME, la CMA, le CEV, le groupe Thales et différents chefs d’entreprise. Les ateliers se sont organisés autour de 3 thèmes dont voici les synthèses.

Sur la simplification, les acteurs de l’atelier ont formulé plusieurs vœux :

  • Rentrer dans une dynamique de simplification face à une explosion de normes
  • Redonner aux acteurs leur autonomie
  • Ce qui s’applique au privé doit s’appliquer au public, par exemple sur la pénibilité.
  • Les délais de paiement de la commande publique doivent être revus.
  • Avant de mettre en place une nouvelle norme, il faut en évaluer le coût et les conséquences, et supprimer les normes précédentes.
  • Les appels d’offres publics sont aujourd’hui difficilement accessibles, non connus des entrepreneurs.

Sur l’international, le groupe de travail a souligné l’importance du développement à l’international pour notre tissu économique local.
Il s’est étonné de la pauvreté des propositions contenues dans le PACTE, alors que le déficit du commerce extérieur est criant.
Le groupe s’est prononcé contre le guichet unique qui risque d’être un guichet supplémentaire.
Le groupe propose une solution plus simple:
Un seul contact en France orienté ‘Marché’
Un seul contact dans le pays orienté ‘normes et techniques’ et ‘mesure du coût d’adaptation
Le trop grand nombre d’aides à l’export a été relevé, il a été proposé de trier les aides utiles des aides intéressées.
Avant de se lancer à l’export, acquérir les bases du savoir-être local et maîtriser  la langue du pays d’implantation sont des atouts prépondérants. Les ETI et les PME ont besoin d’appui sur ces sujets.

Création, croissance, transmission et rebond

Pour la création, la clé est la simplification. Les acteurs sont perdus face au nombre d’interlocuteurs et à la multiplication des démarches à effectuer.
L’accompagnement des créateurs reste a inventer : comment passer de l’idée à la création. L’idée c’est 1 % du chemin!
Le groupe a constaté que le financement n’est pas un frein, il existe de nombreux dispositifs.
Les acteurs de l’atelier ont souligné le problème de recrutement lié à un manque d’offres de formation, en particulier tout au long de la vie, pour faire face aux métiers de demain, inconnus aujourd’hui.
Les participants ont noté en particulier que la formation des dirigeants est un facteur clé de succès. Pourtant, aujourd’hui, ils sont exclus de tout dispositif. Ils ont souvent des profils techniques très bons, et ont besoin d’accompagnement sur la gestion de l’entreprise.
Les participants ont mise en garde sur les nombreuses offres d’accompagnement aux chefs d’entreprise : distinction à faire entre ce qui est purement commercial et ce qui est réellement utile.
Enfin la non-culpabilisation de l’échec des entrepreneurs est essentielle afin de ne pas freiner
les initiatives, l’envie de recommencer et d’avancer. Il faut que l’accompagnement du dirigeant en situation d’échec soit plus fort et plus institutionnalisé.

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Actualité, Drôme. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire