Visite du magasin de producteur A travers champs de Loriol

Magasin de producteurs à Loriol-sur-Drôme

Magasin de producteurs à Loriol-sur-Drôme

Dans le cadre des rencontres effectuées lors de la venue de Marc Fesneau président du groupe parlementaire nous avons eut le plaisir de visiter avec Joël Fauriel. Cette rencontre nous a permis de voir le dynamisme des acteurs du secteur bio mais surtout  de constater que nos agriculteurs doivent avoir une multitude de compétences. Ce point reste un frein au développement qui va au delà de la compétence et de la formation.

« A travers Champs » réunit plus de 50 fermes bios situées dans un rayon de 100 km autour de Loriol-sur-Drôme. Le noyau dur à l’origine du concept est composé d’une quinzaine d’exploitants. Le magasin, géré par les producteurs eux-mêmes, a vu le jour grâce à la volonté de ce noyau mais aussi à des aides. Il propose une large gamme de produits bios et locaux, avec une exception pour les produits qui ne peuvent être produit localement comme par exemple pour les oranges…
Face à la perte de vitesse des coopératives, les créateurs se sont interrogés et ont choisi un fonctionnement différent. Les exploitants sont propriétaires du produit jusqu’à sont passage en caisse et les producteurs font partie intégrante de la force de vente: depuis 4 ans chaque producteur y assure 2 à 4 permanences par semaine. La société n’emploie qu’une permanente.
Même ces ventes restent marginales dans leur chiffre d’affaire les producteurs sont satisfaits. Certains vendent leur production dans d’autres magasins suivant le même principe comme « Au plus pré » à La Laupie qui a précédé de quelques années « A travers Champs »…
L’offre n’intéresse que 2 à 3 %  des consommateurs, le défi est d’augmenter cette part. Pour se faire connaître les producteurs-vendeurs ont organisé le « Festichamps » en septembre sous la houlette de Pierre Rabbi.
Tout cela est nouveau pour ces producteurs-vendeurs. En effet, 90 % d’entre eux sont issus du milieu agricole. Il y une évolution de ce monde agricole vers le commerce et le marketing. Cela va dans une logique de maîtrise de la valeur ajoutée, mais cela fait beaucoup de compétences à acquérir: techniques agricoles, gestion, management, droit social, marketing et vente comment faire! Une réflexion doit être entreprise dans ce sens. En effet, au delà des compétence et de la formation, les agriculteurs-vendeurs doivent être sur tous les fronts et voient leur organisation du travail éclatée en taches disparates. On peut comprendre que cela puisse participer à leur anxiété et que certains puissent se sentir perdus ou impuissant malgré leur bonne volonté et leur dynamisme.
Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Actualité, Drôme. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire